Tierra Magica, nef des fous.
Par fabienribery: https://lintervalle.blog/2021/11/03/tierra-magica-nef-des-fous-par-yannick-cormier-photographe/

« C’est le temps de la chair, de la luxure et du libertinage. C’est le moment du chaos, de la diversion et  de la permissivité. » (Cristina Garcia Rodero)
Il y a incontestablement, comme diraient les universitaires, un tropisme carnavalesque chez les éditions Light Motiv.

Après Karnaval Jacmel, de Corentin Fohlen (2017) et Quand vient le carnaval, de Pierre Volot et Marie Genel (2018), paraît Tierra Magica, ouvrage de Yannick Cormier
L’impression est celle du surgissement d’un monde très ancien, précapitaliste, organisant des cérémonies pour célébrer les forces de la nature et permettre à celles des hommes de déployer pleinement leurs visions les plus fantasmatiques.
Ce sont des processions étranges de déités inquiétantes et de créatures inassimilables.
Alternant portraits d’hommes masqués, grimés, métamorphosés, et beaux paysages de brume – magnifiques tirages de Romane Angelo -, Tierra Magica est un livre très inattendu, en cela réjouissant, en notre époque si plate, si soumise aux calculs les plus médiocres.

Ici, pas de raison raisonnante assassine, mais un arrière-monde peuplé d’êtres fantastiques provoquant l’effroi de qui les regarde. 
On est du côté de l’animisme, de l’esprit des bois et des animaux, de la haute civilisation de la sauvagerie sylvestre.
L’hiver a jeté son manteau de froidure et de pluie, il s’agit maintenant de réveiller la belle endormie, de la piquer au vif, de l’exciter un peu en faisant monter la sève.

Réalisées en argentique et au moyen format, les photographies de Yannick Cormier expriment une indocilité, une drôlerie, une impertinence païenne qui perturbe les esprits si pauvrement moraux que nous sommes devenus.
Nous sommes en Castille-et-Leon, en Galice, en Extremadura, en Navarre, et parfois aussi au Portugal.
Les diables sont de sortie, les esprits chtoniens éructent, il y a du bruit et de la folie dans l’air.

Yannick Cormier parvient à saisir les formes d’une culture populaire encore vive malgré l’arasement et le nivellement causés par la société de consommation.
Ici, c’est la menace, la peur, et la joie du débordement.
« Le 3 février 1937, en Espagne, précise Candice Moise, le général Franco ordonne l’interdiction des carnavals jusqu’à nouvel ordre. La menace de rébellions populaires que permettait cette fête lui a semblé plus urgente à contrer que la crainte des partis opposants (interdits en avril de la même année). La suppression des mascarades fut confirmée en 1940, et non invalidée avant la mort du chef d’Etat en 1975. »

Voilà, on le comprend, Terra Magica est un livre d’insurrection politique, un appel à ne pas perdre les beautés de l’archaïque pour les sirènes d’une modernité trop souvent vile.
 
https://editionslightmotiv.com/produit/tierra-magica-yannick-cormier/?fbclid=IwAR0S_rUrUX6RV3J0wprl3QMCqrE1eFvuswa3LnCm8FsRZFN9YNWjpKw9b6Q
Souscrivez et Partagez! Amor y Luz


 
Subscribe and Share! Love and Light

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


"Dravidian Catharsis" Livre photographique de Yannick Cormier. À paraître en décembre 2021 aux Éditions LE MULET



Chers amies et amis,

Au Tamil Nadu, dans le sud de l’Inde, les traditions les plus lointaines et les plus anciennes sont restées intactes plus que nulle part ailleurs. Les puissantes présences des esprits et des dieux vivants s’incarnent sous les masques, dans les corps qui s’abandonnent au moment du rite et dans les dépouilles animales lors des sacrifices.Des personnages dont on ne sait plus s’ils sont des hommes, des dieux ou des esprits, surgissent dans leur évidence, réels et divins, naturels et surnaturels.

Des hommes et des femmes en transe s’enfoncent dans les ténèbres en pleine lumière; ces transes ne leur appartiennent pas, elles sont collectives, mises en scène ou libres. La psychologie individuelle laisse place à un grand corps commun qui vibre à l’unisson.

Pendant quinze ans, j’ai multiplié festivals et rituels, tournant obstinément le dos à l’univers poli de l'hindouisme orthodoxe. Face à moi, vénération, extase et rêverie: autant de variations autour de la figure humaine dans ce qu’elle a d’unique sur le reste du vivant.

J’ai voulu donner un regard sur l’héritage séculaire de l'Inde d’aujourd’hui, plus proche de mon imaginaire que du documentaire. Mon travail photographique mêle ainsi portraits frontaux, scènes prises sur le vif et mises en scène, avec, pour finalité, l’envie de suggérer plutôt que de décrire. J’ai cherché dans le quotidien vécu de l’intérieur, un sens qui dépasse l’anecdotique.

Je me suis imprégné de chacune des histoires individuelles, partageant le quotidien de ceux qui m'ont accordé leur confiance dans le huis clos de l'espace rituel. Inévitablement, la frontière entre distance et intimité a rendu incertaine, mais pleinement assumée, ma position initiale de simple spectateur.

Dravidian Catharsis est le fruit de cette profonde immersion dans la culture, le théâtre, les traditions et dans l’âme de cet univers mythologique du peuple tamoul.

Le livre Dravidian Catharsis,  associe 140 de mes photographies et un texte de Valérie Gillet (Maître de conférences à l'Ecole française d'Extrême-Orient, histoire et archéologie du monde indien).



       LE LIVRE

  • Éditions Le Mulet, 2021
  • Plus de 200 pages
  • 140 photographies en noir & blanc
  • Impression offset 24 x 29 cm
  • Photographies: Yannick Cormier
  • Textes: Valérie Gillet
  • Langues: français, anglais
  • Graphisme: Studio Dirk



 "Dravidian Catharsis" Photographic book by Yannick Cormier. 
To be published in December 2021 by Éditions LE MULET

 

About the project

Dear friends,

In Tamil Nadu, in southern India, the most remote and ancient traditions have remained untouched more than anywhere else. The powerful presences of the spirits and living gods are embodied in the masks, in the bodies that surrender themselves when comes the rite and in the animal remains during the sacrifices.
Characters, of whom one no longer knows if they are men, gods or spirits, emerge in their evidence, real and divine, natural and supernatural.
Men and women in trance sink into the darkness in full light; these trances do not belong to them, they are collective, staged or free. Individual psychology gives way to a great common body that vibrates in unison.

 

For fifteen years, I have multiplied festivals and rituals, obstinately turning my back on the polished universe of orthodox Hinduism in religious India. In front of me: veneration, ecstasy and reverie, so many variations around the human figure in its own unique way  on the rest of the living.
I wanted to give a look at the secular heritage of today's India, closer to my imagination than  to documentary. My photographic work thus mixes frontal portraits, snapshots and stagings, with for  purpose the desire to suggest rather than to describe. I have sought in the daily life lived from the inside, a meaning that goes beyond the anecdotal.
In this way, I immersed myself in each of the individual stories, sharing the daily life of those who trusted me in the closed space of the ritual. Inevitably, the border between distance and intimacy made uncertain, but fully assumed, my initial position as a mere spectator.
Dravidian Catharsisis the fruit of this deep immersion into the culture, the theater, the traditions, and the soul of this mythological universe of the Tamil people.
The book ''Dravidian Catharsis'' combines 140 of my photographs and a text by Valérie Gillet (Senior Lecturer at EFEO, History and Archeology of the Indian World).

THE BOOK

  •  Editions Le Mulet, 2021
  •  More than 200 pages
  • 140 black & white photographs
  • Offset printing 24 x 29 cm
  •  Photographs: Yannick Cormier
  •  Texts: Valérie Gillet
  •  Languages: French, English
  •  Graphics: Studio Dirk